Les lieux (à la verticale)

Les lieux (vers le Sud-Ouest)

Les lieux (vers le Nord-Ouest)

Les lieux (vers le Nord-Est)

La trajectoire finale peut être reconstitué de la manière suivante (trait violet continu) :

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? La trajectoire en trait pointillé violet aurait été bien plus facile à réliser pour n'importe quel pilote. Pas besoin de zigzaguer pour éviter l'hôtel Sheraton et le pylone de communication, pas besoin de terminer par un virage à gauche au ras du sol, si bas que l'avion (probablement le bout de l'aile gauche) a cisaillé l'antenne CB d'un véhicule (un 4x4 de loisir) qui passait sur Washington Boulevard. Peut être parce que cette trajectoire aurait conduit l'avion droit sur la zone du Pentagone où se trouve le bureau de M. Donald Rumsfeld !

Témoignages et commentaires (traduction)

Témoignage 1  :

Madelyn Zakhem, secrétaire au STC ( VDOT Smart Traffic Center ), venait juste de faire quelques pas dehors pendant une pause et s'était assise sur un banc, lorsqu'elle a entendu ce qu'elle a pris pour le bruit d'un chasseur juste en dessus de sa tête. Ce n'était pas cela. C'était un avion de ligne qui volait juste en dessus de Columbia Pike, au niveau de la cîme des arbres. "Il était énorme ! Il était argenté. Il était bas -- incroyable ! Je pouvais voir le cockpit. Je suis tombée au sol... j'étais effrayée et je pleurais. Si j'avais été sur la terrasse de notre bâtiment, j'aurais été suffisament près pour le toucher en levant le bras."

Quelques commentaires en plus, extraits d'un rapport du VDOT (traduction) :

Certains VDOTers étaient certains que l'avion avait légèrement changé de trajectoire pour éviter un pylone de 30 m de haut portant des antennes de téléphone cellulaire adjacent au b&eacirc;timent du VDOT. Lorsque l'avion a survolé le STC, le pirate a incliné l'avion, levant l'aile droite, pour piquer vers le bas de la colline sur la cible.
Juste avant l'impact, l'avion a cisaillé deux lampadaires du VDOT sur Washington Boulevard, à un ou deux terrains de football de distance du Pentagone. Dans la même zone, le souffle de l'impact de l'avion a endommagé l'objectif d'une des cameras de contrôle de trafic du VDOT et a détourné la caméra de son axe.

Témoignage 2 : un email que j'ai reçu (traduction).

Date: Fri, 29 Aug 2003 16:56:20 -0400
From: Bob <.....@nishanet.com>

Jean-Pierre,

Si vous étudiez à l'échelle les lampadaires touchés et ceux qui restent intacts, je pense que vous concluerez qu'un gros avion de transport de passagers a fait cela.

Une telle trajectoire correspond à un gros porteur qui a évité une tour (immeuble de grande hauteur) située à l'Est / Sud-Est de Columbia Pike au coin de Courthouse road, passant au dessus d'une de mes amies qui se tenait devant son évier dans sa cuisine dans le petit immeuble bas qui jouxte cette tour. Cette tour est sur la crête d'une colline, de telle sorte qu'elle se présenterait comme le guidon sur le viseur d'un fusil pour un pilote. Passant à droite, puis utilisant Columbia Pike comme un désignateur laser mais restant à droite, jusqu'à ce qu'il voie le carrefour en trèfle qu'il peut utiliser comme un réticule en croix, heurtant les lampadaires en s'introduisant dans un passage correspondant à une envergure de 125 pieds (40 mètres) -- pas moins comme en témoignent les lampadaires heurtés, et pas plus (ce qui n'aurait aucun sens) comme en témoignent les lampadaires intacts.

Témoignage 3  : Deb Anlauf

Mme Deb Anlauf était au 13eme étage de l'hôtel Sheraton, lorsqu'elle a entendu un "fort grondement" : "soudain, j'ai vu cet avion juste derrière ma fenêtre. On avait l'impression de pouvoir le toucher, tellement il était près. C'était vraiment incroyable. Puis il s'est éloigné rapidement de l'endroit où nous étions et a volé tout droit vers le Pentagone."

Témoignage 4  : Albert Hemphill

Le bureau, avec deux grandes baies et une belle vue sur les monuments, le Capitole et le Pentagone était un "bon coup" par rapport aux standards du Pentagone. Je marchai dans le bureau et regardai par la fenêtre dans la direction du Pentagone. Alors que je me tenais là, je me suis instinctivement baissé en entendant un bruit très intense, le grondement et le sifflement d'un réacteur d'avion à plein régime. Immédiatement, l'énorme cylindre argenté d'un avion apparut derrière la fenêtre, venant par dessus mon épaule droite alors que je faisais face à la façade ouest du Pentagone, vers l'héliport. L'avion, qui semblait étre un Boeing 757 ou un Airbus, semblait voler juste en dessus de l'annexe de la Navy, comme s'il avait suivi Columbia Pike, une avenue d'Arlington qui mène au Pentagone. L'avion volait vite, à une vitesse que je peux estimer entre 400 et 500 km/h. Selon mon estimation, j'ai dû avoir l'avion dans mon champ de vision pendant approximativement trois secondes. L'avion était en piqué sur un angle d'incidence assez prononcé, fonçant droit sur le Pentagone. C'était "propre", dans la mesure où les volets et le train n'étaient pas sortis. Il était en léger virage à gauche lorsqu'il est apparu dans mon champ de vision, comme s'il venait juste de faire un écart pour éviter quelque chose. Lorsqu'il a traversé la route 110, il est revenu vers une assiette plus horizontale, donnant une correction légère vers la droite au moment de l'impact sur la façade ouest du bâtiment.

Témoignage 5  : David Marra

David Marra, conduisant sa BMW, venait de prendre la sortie depuis le I-395 pour aller sur la route juste à l'ouest du Pentagone lorsqu'il a vu un appareil d'American Airlines plonger, battant des ailes, lui semblant prêt à s'encastrer dans le Pentagone. "Il était à cinquante pieds (18 m) du bitume lorsqu'il m'est apparu. Le bruit laissait penser que le pilote avait mis les gaz à fond. L'avion s'est incliné gauche, puis à droite. Puis la bordure de son aile a touché le sol."

Témoin 6  : William Lagasse

Subject: 9-11
Date: Tue, 24 Jun 2003 13:11:40 -0400
From: "Lagasse, William" <...@...>
To: "'apfn@apfn.org'"

Cher Monsieur
Vous pouvez être sûr que c'est bien un Boeing 757 qui s'est écrasé sur le bâtiment ce jour là. J'étais en service comme sergent dans les gardes du Pentagone. J'étais entrain de faire le plein de mon véhicule à la station service des "barraks K", juste adjacente à la trajectoire de l'avion. Il était suffisament prés pour que je puisse voir que les hublots avaient leurs obturateurs descendus, il a heurté plusieurs lampadaires situé près de la route 27 ...

Dans un autre mail, W. Lagasse confirme qu'il s'agit bien de la station service "citgo".

From: Lagasse, William, , PFPA
To: Dick Eastman

Mr. Eastman
Les "barraks K" se trouvent là où la presse était installée, approximativemnt à 500-600 m ouest sud-ouest du Pentagone. L'appareil a heurté les lampadaires en question, ils n'ont pas été soufflés ...

Le témoignage complet de William Lagasse, très controversé, se trouve plus loin dans ce site.

Témoin 7  : Linda Plaisted

Plaisted, une artiste, était assise à son bureau à la maison, à moins d'un mile (1,6 km) du Pentagone... Je me suis levée d'un bond en entendant le rugissement et le hurlement d'un réacteur, de plus en plus fort et, en regardant par la fenêtre vers l'ouest, j'ai juste eu le temps de voir le dessous de l'avion et sa partie arrière passer juste au dessus de ma maison, à la hauteur du sommet des arbres. C'était vraiment effrayant à voir, en sachant que cet avion allait s'écraser. Le bruit était incroyablement pénible et aigü, les moteurs forçaient pour maintenir l'avion en vol. C'est un bruit que je n'oublierai jamais, et j'imagine maintenant les cris des passagers innocents couverts par par ces bruits de réacteurs et j'en fais des cauchemars. Je ne savais pas, à ce moment là, que le World Trade Center avait été attaqué, et j'ai donc pensé que c'était un avion qui avait des problèmes pour rejoindre l'aéroport. Je me suis précipitée vers ma porte d'entrée, mais l'avion allait si vite qu'il s'est écoulé seulement quatre à cinq secondes avant que j'entende un énorme craquement et des livres qui étaient sur mes étagères sont tombés sur le sol.

Témoin 8  : Penny Elgas

J'étais dans un bouchon. J'ai entendu un grondement, regardé à travers la vitre de mon côté conducteur et j'ai réalisé que je voyais le nez d'un avion se dirigeant droit sur nous en dessus de la route (Columbia Pike) qui est perpandiculaire à la route sur laquelle je me trouvais. L'avion est apparu là, volant très bas, un peu à côté (et pas vraiment au dessus) de la station service CITGO, dont j'ignorais qu'elle se trouvait là. Ma première pensée a été "Oh mon Dieu, ce doit être la troisième guerre mondiale". Dans cette fraction de seconde, mon cerveau a pris une décharge d'adrénaline et j'ai tout observé comme dans un film au ralenti. J'ai vu l'avion venir au ralenti vers ma voiture, puis il s'est incliné lentement en virage en face de moi, vers l'héliport. Dans la nano-seconde où l'avion était juste en dessus des voitures devant moi, il semblait voler au maximum à 80 pieds (27 m) au dessus du sol, et à environ 4-5 longueurs de voitures en face de moi. Il était suffisament loin de moi pour que je voie le bout de l'aile qui était la plus proche de moi, et le dessous de l'autre aile qui s'inclinait vers le sol. Je me souviens avoir reconnu un avion d'American Airlines, je pouvais voir les hublots et les bandes de couleur. .../...

Témoin 9  : Terry Morin, un ancien aviateur du corps des marines, chef de projet chez SPARTA Inc, travaillait comme sous-traitant dans les bureaux du BMDO, dans l'ancienne annexe de la Navy. Ayant juste atteint l'ascenseur dans l'aile 5 du Federal Officile Building (FOB) 2, il a entendu "un grondement incroyablement fort", une ou deux secondes plus tard un avion de ligne est entré dans mon champ de vision. A ce moment, le bruit était vraiment assourdissant. L'avion était à quelque chose près juste en dessus de moi et au dessus de la partie extérieure du FOB (sur une trajectoire parallèle à l'arête extérieure du FOB). Tout était secoué et vibrait, incluant le sol. J'ai estimé que l'avion était au maximum à 100 pieds (30 m) au desssus de moi (30 à 50 pieds au dessus du FOB), en léger piqué. L'avion avait un fuselage argenté avec les bandes bleues et rouge. J'ai pensé à ce moment là qu'il s'agissait d'un appareil d'American Airlines, mais je ne peux pas être sûr. Il ressemblait à un 737, et c'est ce que j'ai dit aux autorités. Dans la seconde, l'avion est passé au dessus de l'aile 8 du BMDO en se dirigeant droit vers le Pentagone. .../...

Témoin 10  : Steve Riskus, [Interview fait par email par "Agent Fescado"]

... J'ai vu l'avion heurter le bâtiment. Il n'a pas heurté le sol auparavant.... Il n'a pas non plus heurté le toit... Il s'est centré en plein milieu de la façade... Il était assez proche (quelque chose comme 100 pieds [30 m]) pour que je puisse voir le logo "American Airlines" sur la dérive lorsqu'il a volé vers le bâtiment... L'avion semblait venir approximativement de la direction que vous avez repérée par "MAX APPROACH" sur la photo... J'étais près de la position du "E" dans "ANGLE OF CAMERA" lors de l'impact... L'avion n'était pas en vol horizontal, mais il n'était pas franchement en piqué, un peu comme s'il était entrain d'atterrir sans train d'atterrissage... Il a heurté quelques lampadaires en cours de route ...

Ce témoignage est très précis pour son aspect "mémoire photographique". Le seul problème est l'estimation de la distance. Entre le point où l'avion a traversé l'autouroute, là où il a heurté les lampadaires, sous l'inscription "MAX APPROACH", et le premier "E" de "ANGLE OF CAMERA", la distance est supérieure à 250 m (750 ft) : le côté du Pentagone mesure 280 m !

Témoin 11  : Don Wright

"J'ai observé ce... il ressemblait à un avion d'affaires, avec deux réacteurs... s'approcher depuis le sud, en volant vraiment bas"

M. Wright était situé au 11° étage, 1600 Wilson Blvd, à Rosslyn. Son témoignage n'est pas très précis, et en observant la photo "vers le Nord-Ouest", il apparait que M. Wright était, au plus près, à 4 km de la trajectoire. Ce témoin étant l'un des deux qui a déclaré que l'avion avait l'aspect d'un jet d'affaires, tous les autres décrivant un gros avion de ligne, cela ne rend pas très crédible l'hypothèse d'un "petit avion".

Un commentaire reçu par email :

From: M....@aol.com
Date: Tue, 9 Mar 2004 23:07:33 EST

Jean Pierre,

.../...
Votre analyse du vol, trajectoire et camera de sécurité, est exceptionnelle. J'ai habité à une centaine de mètres de l'hôtel Sheraton et je connais très bien le voisinage. Votre analyse correspond bien avec la topographie des lieux.
Il fallait un pilote exceptionnel pour arriver à maîtriser un avion volant si bas et si vite, éviter l'hôtel, piquer le long de la pente depuis l'annexe de la Navy et frapper un bâtiment de quatre étages précisément au niveau du sol !

Cordialement,
M. ....

L'appartement de Hani Hanjour

Sur la seconde image interactive, en cliquant sur la case à cocher "Hani Hanjour", on fait apparaître un repère "HH" dans l'image. Ce repère a été placé sur l'adresse suivante :
5913 Leesburg Pike, Falls Church, VA
Une recherche sur le site "MapQuest" permet de vérifier cette localisation. Hani Hanjour a habité pendant un certain temps à cette adresse, qui se situe près de "Baileys crossroads", le carrefour entre Columbia Pike et Leesburg Pike. Un témoin a vu l'avion le 11 septembre passer près de ce carrefour.

Faits

Cette trajectoire d'attaque sophistiquée, nécessite un vol au ras des arbres puis une série de virages dans un enchaînement rapide au ras du sol pour éviter des obstacles, qui plus est avec un gros porteur qui présente une certaine inertie dans ses évolutions. Cela ne correspond pas à ce qu'on pourrait attendre de Hani Hanjour. Ce pilote était en effet décrit comme "peu expérimenté et maladroit", au point qu'on lui a refusé peu avant le 11 septembre 2001, au cours d'un test de vol, de lui louer un Cessna 172, estimant qu'il ne saurait pas le ramener au sol en sécurité. S'il avait été aux commandes, il aurait choisi une trajectoire telle que celle qui est décrite en pointillés sur l'image ci-dessus, ce qui l'aurait peut être conduit à terminer son existence dans le bureau même de M. Donald Rumsfeld !

La trajectoire suivie implique que l'avion était piloté à distance par un pilote trés expérimenté disposant d'aides visuelles (retour video depuis l'appareil). La coordination entre la trajectoire projetée sur le sol et la descente verticale, parfaitement maîtrisée puisque le moteur babord frappe le sol dix mètres avant l'impact du nez sur la façade, est le fait d'un as du pilotage qui ne s'est pas seulement entraîné sur un logiciel de simulation ! Il est exclu de penser qu'il pouvait s'agir du capitaine Charles Burlingame ou de son copilote. Même avec un pistolet sur la tempe, sachant qu'il va mourrir et ses passager avec lui, un pilote professionnel choisira son site de crash de manière à limiter les pertes en vies humaines au sol. Il lui aurait suffi d'effectuer une manoeuvre rapide en tirant puis poussant sur le manche en arrivant sur le Pentagone pour plonger dans le Potomac trois secondes plus tard.

Hypothèses

Le choix d'une telle trajectoire peut avoir les raisons suivantes :

Ce choix de la façade ouest pourrait avoir comme raison :

Tout ceci est cohérent, et le seul fait qu'on pourrait opposer à ces hypothèses est que Hani Hanjour a habité pendant un certain temps dans le voisinage, et que l'avion a survolé son ancien appartement durant l'attaque. Cela pourrait n'avoir aucune signification, mais pourrait être souligné pour expliquer cette trajectoire d'attaque. Hani Hanjour, en effet, pourrait avoir examiné attentivement la trajectoire d'approche, depuis son domicile, puis en voiture ou à pied le long de Columbia Pike, jusqu'au Pentagone, pour mémoriser la configuration des lieux. Dans ce cas, il aurait été parfaitement conscient des obstacles qu'il devait éviter: l'immeuble au sud de Columbia Pike, l'hôtel Sheraton, le pylone GSM, le mât porte caméras du VDOT. La question qui se poserait alors, si l'on admettait qu'il était capable de piloter l'avion sur une telle trajectoire, est: "Pourquoi avoir choisi une trajectoire aussi difficile" ? La seule raison pourrait être que lui même ou un autre expert d'Al Quaeda aurait tenu compte de la probable (ou certaine ?) protection du Pentagone par un système de missile, tel qu'une batterie de "Patriot", et donc de la nécessité d'être masqué de ce système le long de la trajectoire d'attaque, en se découvrant au dernier moment pour ne pas laisser le temps au système de réagir et d'abattre l'avion.

Conclusion

La trajectoire d'attaque au Pentagone constitue une présomption forte en faveur d'une conspiration. La mise en oeuvre d'un tel plan nécessiterait des connaissances approfondies sur la topographie locale, sur les failles dans le systéme de protection du Pentagone contre une attaque aerienne, et sur l'organisation des travaux et/ou l'occupation des zones récemment rénovées du Pentagone, ainsi que la parfaite maîtrise d'un avion de ligne télécommandé manoeuvrant au ras du sol à grande vitesse. Cela impliquerait donc des complicités de personnels militaires, et notamment à haut niveau dans la hiérarchie. Pour contredire cette conclusion, il faudrait admettre que Hani Hanjour était un pilote très habile et que les experts d'Al Quaida sont capables d'imaginer une attaque qui peut tromper un système de protection sophistiqué comme une batterie de missiles "Patriot": ce n'est pas impossible, mais difficile à imaginer, même après avoir évacué certains préjugés sur le mental des terroristes arabo-islamiques!